ARTmonie

Rodolph Balej


À chaque fois que je plonge en nature, il me faut inlassablement réveiller mes sens atrophiés par la vie urbaine, réapprendre à être au monde avec animalité. L'automne dernier, j'eus la chance de vivre au rythme d'une tribu de castors pendant plusieurs jours, d'observer leurs ébats quotidiens en "voisin inoffensif", pour reprendre une expression chère à Grey Owl. De longues heures durant, j'assistai à leurs jeux, à leur toilettage, à leurs repas, à leurs tournées d'inspection de la hutte, de consolidation du barrage et à leurs sisyphesques travaux d'abattage d'arbustes ou d'emmagasinage de branches pour la mauvaise saison... Tout cela tandis qu'ils se tenaient, par moments, là, à portée de ma main, sans méfiance aucune. Le spectacle était d'une telle intensité que je finis par avoir le sentiment de penser comme un castor... L'illusion ne dura pas ; il n'en demeure pas moins que ce fut l'une des expériences les plus captivantes de 2010. Il me tenait à coeur de vous l'offrir avant de tirer ma révérence. Le rideau de l'année internationale de la biodiversité tombera sous peu mais, à la manière des castors, nous devrons travailler sans relâche à redonner à la nature la place qui lui revient... et ce avant qu'elle ne nous remette à la nôtre! Au terme de ma dernière chronique, je vous souhaite à tous une année 2011 du meilleur cru. Au plaisir!



Terra Nostra Québec @ 2009-2022. Tous droits réservés. Le site est optimisé sur Firefox, Mozilla, Netscape et Safari. Internet Explorer ne répondant pas aux standards, il se pourrait que vous rencontriez des erreurs. Conception des Productions La Tomate Bleue.