Le dindon de la farce!

Rodolph Balej


À l'arrivée des premiers colons dans le Nouveau Monde, le dindon sauvage (Meleagris gallopavo) était un oiseau très abondant dont la population était estimée à plus de dix millions d'individus. Rapidement, les effectifs ont décliné en raison d'une chasse intensive et des coupes forestières. Dans les années 1930, leur nombre n'atteignait plus qu'une trentaine de milliers aux États-Unis où l'espèce avait été éradiquée dans 18 des 39 États constituant son aire de répartition originelle. Au Canada où elle était présente en Ontario et dans le sud du Québec, la situation était pire encore puisque l'espèce disparaissait dès 1902. Face à cette situation, des programmes de réintroduction ont été mis en oeuvre au cours des années 70 dans les États du Vermont et de New-York ainsi qu'en Ontario, et l'espèce a bientôt recolonisé le Québec. Ainsi, en 2004, le nombre de dindons était évalué entre 2 200 et 2 800 spécimens, ce qui justifia la réouverture d'une chasse printanière sportive en 2008... au grand dam des ornithologues, qui jugeaient les effectifs encore trop fragiles. Souvenez-vous en à l'Action de Grâce!



Terra Nostra Québec @ 2009-2022. Tous droits réservés. Le site est optimisé sur Firefox, Mozilla, Netscape et Safari. Internet Explorer ne répondant pas aux standards, il se pourrait que vous rencontriez des erreurs. Conception des Productions La Tomate Bleue.