L'épicurienne chanteuse

Nelson Boisvert


Au Québec, on trouve trois des 178 espèces de cigales présentes en Amérique du Nord : la cigale caniculaire (Tibicen canicularis), la plus commune, la cigale du Canada (Okanagana canadensis) et la cigale ridée (Okanagana rimosa). Il vous faudra vous armer de patience pour les observer car elles sont vraiment très difficiles à débusquer dans les arbres où elles vivent. Le fabuliste La Fontaine a forgé à l'insecte une réputation de bon vivant qui chante nuit et jour à tout venant sans se soucier de constituer des réserves alimentaires et préparer un nid douillet pour y passer l'hiver. La réalité est quelque peu différente, puisque les cigales adultes meurent aux premiers froids et que seules les larves hivernent, bien à l'abri dans le sol. Par contre, il est vrai que la cigale chante à perdre haleine les jours de grandes chaleurs, un chant si puissant qu'il pourrait couvrir le bruit d'une tondeuse électrique. Il est produit par une paire de membranes situées sous les pattes postérieures, les cymbales, que les cigales agitent au moyen de contractions musculaires et ceci à une fréquence allant jusqu'à 400 fois par seconde. Le son ainsi produit, qui rappelle aussi le bruit d'une scie circulaire, est amplifié par une caisse de résonance emplie d'air se trouvant dans l'abdomen et s'ouvrant par des clapets, les "étouffoirs". Ce que ne dit pas la fable, c'est que les mâles entonnent leur sérénade pour courtiser une femelle mais aussi pour stimuler d'autres mâles à se joindre au concert afin d'accroître leurs chances d'en attirer une et de s'accoupler... Voilà pourquoi, les jours de canicule, cymbalisent à qui mieux mieux les choeurs de pirates!



Terra Nostra Québec @ 2009-2018. Tous droits réservés. Le site est optimisé sur Firefox, Mozilla, Netscape et Safari. Internet Explorer ne répondant pas aux standards, il se pourrait que vous rencontriez des erreurs. Conception des Productions La Tomate Bleue.