Le Seigneur des annélides!

Nelson Boisvert


Au printemps dernier, mes comparses terranostriens et moi-même nous sommes mis au défi de faire la plus belle photographie d'un vers de terre. Quelle gageure! Pour ma part, j'espérais bien saisir un instantané montrant un merle d'Amérique en train d'extirper un annélide du sol... ça aurait été de toute beauté, mais l'occasion ne s'est jamais présentée tout au long de 2010! Qu'importe, voici un cliché de consolation de cet animal que l'on peut qualifier d'incroyable! Vous en doutez? Saviez-vous qu'un lombric (Lumbricus terrestris) peut ingérer journellement jusqu'à 30 fois son propre poids de terre? Dans un hectare, les vers de terre remueraient donc entre 500 et 1 000 tonnes de terre chaque année! De surcroît, ils creusent des galeries et, ce faisant, contribuent à aérer les sols, à les nourrir, favorisant ainsi la vie végétale. Sans vers, pas d'agriculture! Toutefois, avec l'expansion de l'agriculture industrielle, la biomasse du lombric a considérablement chuté, à tel point que le phénomène s'avère aujourd'hui des plus inquiétants. Saviez vous par ailleurs qu'un vers de terre n'a pas d'yeux ni dent mais qu'en revanche il possède quatre coeurs et 3 paires de reins, qu'il respire à travers la peau et se déplace grâce aux minuscules soies ourlant chacun des segments de son corps? Vous ne le saviez pas? Moi non plus, mais 2010 m'aura appris que le vers de terre est un véritable héros du sol et que nous lui devons champs de blé, prairies et forêts ; mon appréciation de cette drôle de créature a changé et désormais le moindre vers m'évoque une magnifique strophe, voire un poème de Terre!



Terra Nostra Québec @ 2009-2018. Tous droits réservés. Le site est optimisé sur Firefox, Mozilla, Netscape et Safari. Internet Explorer ne répondant pas aux standards, il se pourrait que vous rencontriez des erreurs. Conception des Productions La Tomate Bleue.