Le petit peuple de la vase

Rodolph Balej


Durant la migration automnale (qui débute dès la mi-juillet!), les rivages du Saint-Laurent sont le théâtre des limicoles, ce petit peuple de la vase que forment bécasseaux, bécassins, chevaliers, tournepierres, pluviers, barges, courlis... une famille de petits échassiers comptant plus d'une trentaine d'espèces au Québec. Le bécasseau sanderling (Calidris alba) en est du nombre, qui s'observe le long des littoraux sablonneux et vaseux de l'estuaire maritime et du golfe. Qu'il est comique à voir! Telle une armée d'automates, les sanderlings évoluent en petits bataillons se jouant des vagues, d'un pas vif et saccadé. Allant et venant au rythme du ressac, ils sondent le substrat d'épileptiques coups de bec afin d'y débusquer quelques vers marins, mollusques ou crustacés. D'ordinaire grégaire, le sanderling devient solitaire quand sonne le temps de la nidification. L'espèce, qui niche dans la toundra arctique et au nord du cercle polaire, affectionne alors les habitats pierreux pauvres en végétation, mais riches en insectes. À l'approche de l'hiver, le sanderling migre plus au sud, de la Nouvelle-Angleterre jusqu'à la Terre de Feu. À cette saison, il arbore une livrée claire qui le distingue de ses congénères. Selon les derniers recensements, les populations seraient en baisse, laquelle serait attribuable aux changements climatiques et aux dérangements humains dans les haltes migratoires.



Terra Nostra Québec @ 2009-2018. Tous droits réservés. Le site est optimisé sur Firefox, Mozilla, Netscape et Safari. Internet Explorer ne répondant pas aux standards, il se pourrait que vous rencontriez des erreurs. Conception des Productions La Tomate Bleue.