Nagoya-sushi

Nelson Boisvert


"Quel que soit votre fruit de mer préféré, vous risquez bientôt de ne plus pouvoir en manger". Tel est le propos de Boris Worm, biologiste marin de la Dalhousie University d'Halifax (Nouvelle-Écosse) qui, dans un article paru en 2006, prédisait l'épuisement des "stocks" de poissons d'ici 2050 si des mesures de conservation n'étaient pas mises en oeuvre dans les meilleurs délais. Cette semaine, la conférence de Nagoya, au Japon, s'est ouverte sur un constat d'échec : les pays n'ont pas atteint l'objectif d'enrayer l'érosion du vivant fixé en 2010 ; la situation étant des plus alarmantes en milieu marin. Ainsi, près de 20 ans après la ratification de la convention sur la diversité biologique, signée à Rio par 193 pays, seulement un pour cent des océans du monde est protégé, alors que les experts estiment que les réserves devraient couvrir au moins 10% des milieux marins du globe pour protéger efficacement la biodiversité marine. Pour assurer le bien être de nos enfants - entendez ici "des générations futures" - une nouvelle gestion des écosystèmes marins et de leurs ressources s'impose. Qui va sonner la fin de la récréation pour nous réveiller? Il nous reste à espérer que les décideurs de ce monde décideront de passer concrètement à l'action... et ce urgemment!



Terra Nostra Québec @ 2009-2018. Tous droits réservés. Le site est optimisé sur Firefox, Mozilla, Netscape et Safari. Internet Explorer ne répondant pas aux standards, il se pourrait que vous rencontriez des erreurs. Conception des Productions La Tomate Bleue.