Oeillades hivernales

Rodolph Balej


L'hiver, la nature somnole sous son épais édredon de neige dans un silence de ouate. La saison est propice pour sortir au grand air à la recherche des chouettes et hiboux aussi bien en pleine forêt qu'au coeur des villes, dans les boisés et les parcs urbains. Il m'est arrivé d'en observer six espèces en une seule journée... mais pour combien de bredouilles! Chaque espèce a ses charmes, ceci dit, je dois vous avouer avoir un faible pour la petite nyctale (Aegolius acadicus). Difficile de rester de glace et de ne pas fondre (même par -20 degrés!) devant cette superbe créature aux immenses yeux jaunes, à peine plus grande qu'un merle d'Amérique, la plus petite chouette du Québec. La belle n'est pas facile à observer car, en journée, elle se repose à l'abri dans les frondaisons des résineux, le plus souvent dans les cèdres. Elle ne quitte sa cachette qu'à la nuit tombée pour aller chasser ses proies, d'ordinaire des souris, campagnols ou musaraignes auxquels s'ajoutent parfois des insectes, des oiseaux et des batraciens. Il arrive qu'elle capture des animaux plus gros qu'elle, par exemple un écureuil. La petite nyctale a pour habitude de se constituer des garde-manger en prévision des mauvais jours. Si vous trouvez une souris sylvestre congelée pendue au bout d'une branche, il est fort probable que ce soit son repas! En cas de disette, elle saura la retrouver et la décongèlera en la couvant pour s'en repaître. Au printemps, l'espèce devient des plus discrètes, car elle s'éclipse dans la forêt boréale où elle niche dans les cavités d'arbres creux. L'hiver s'en vient... il me plaît de rêvasser qu'il m'offrira encore une fois de chouettes rencontres!



Terra Nostra Québec @ 2009-2018. Tous droits réservés. Le site est optimisé sur Firefox, Mozilla, Netscape et Safari. Internet Explorer ne répondant pas aux standards, il se pourrait que vous rencontriez des erreurs. Conception des Productions La Tomate Bleue.