La carriole de Cendrillon

Éric Le Bel


Pour les Iroquoiens qui occupaient la région de Montréal au 16e siècle, l'agriculture était très importante. Des textes écrits par les Jésuites font la description de grands champs de culture de maïs, de fèves, de tabac, de tournesol et de citrouilles. Ces dernières - en l'occurrence la citrouille traditionnelle (Cucurbita pepo) et la citrouille géante (Cucurbita maxima) aussi appelée potiron - étaient des espèces inconnues des Européens de l'époque. Elles auraient été domestiquées 5 000 ans avant Jésus-Christ en Amérique Centrale. Les citrouilles étaient séchées, effilochées et tissées pour la confection de tapis. À la fin des récoltes, les femmes Iroquoises évidaient ces cucurbitacées, les emplissaient de cidre, de miel et de graisse de castor et les cuisaient sous les cendres. Les premiers colons s'inspirèrent de cette technique de cuisson et prirent l'habitude de les consommer telles quelles en les accommodant à la façon des pommes de terre au four. Aujourd'hui, il existe mille et une manière d'apprêter la citrouille, considérée comme un fruit par les uns et un légume par les autres... mais tous s'entendent sur le fait que c'est un vrai délice d'automne!



Terra Nostra Québec @ 2009-2018. Tous droits réservés. Le site est optimisé sur Firefox, Mozilla, Netscape et Safari. Internet Explorer ne répondant pas aux standards, il se pourrait que vous rencontriez des erreurs. Conception des Productions La Tomate Bleue.