Le corbeau de mer

Rodolph Balej


Son plumage noir et ses cris gutturaux sont probablement à l'origine du nom de « cormareng » datant du 12e siècle et signifiant : corbeau de mer. Des deux espèces présentes au Québec, le cormoran à aigrettes (Phalacrocorax auritus) est la plus commune et la plus répandue. Fréquentant aussi bien les eaux douces, saumâtres que salées, elle s'observe tant sur les lacs et rivières à l'intérieur des terres que tout au long du fleuve Saint-Laurent. En période de nidification, elle s'établit en colonies, certaines comptant jusqu'à 1 500 couples. Le cormoran à aigrettes est principalement piscivore, ce qui lui valu d'être persécuté en Amérique du Nord à la fin du 19e siècle. Après avoir considérablement chuté, les populations connurent, au Québec, un accroissement spectaculaire dans les années 1970. La situation justifia, à la fin des années 80, la mise en oeuvre d'opérations de contrôle des cormorandières (stérilisation des oeufs, brûlages des nids, etc.) visant à limiter les dommages causés, par l'acidité des fientes, sur la végétation de certaines îles ou, plus récemment, à restaurer des populations de poissons, notamment la perchaude dans le lac Saint-Pierre.



Terra Nostra Québec @ 2009-2020. Tous droits réservés. Le site est optimisé sur Firefox, Mozilla, Netscape et Safari. Internet Explorer ne répondant pas aux standards, il se pourrait que vous rencontriez des erreurs. Conception des Productions La Tomate Bleue.